Le berger des Abeilles

Notre
Charte

Pour un tourisme responsable de l’association Le Berger des Abeilles
 
La charte suivante ne se veut qu’un petit rappel afin que chacun souscrive à l’esprit de nos voyages solidaires. Même en vacances, le voyageur solidaire doit demeurer fidèle à ses valeurs, il est responsable de son comportement et de l’image qu’il renvoie de son pays d’origine, de sa sphère culturelle, surtout par les temps troublés que nous traversons.

Respect de l’hôte, de sa culture, de sa religion et de son environnement.

L’un des attraits du voyage tient à la diversité des peuples et des cultures rencontrés. Or, chaque culture, religion et mode de vie est soumis à des règles et à des traditions qu’il convient de respecter et de comprendre, plutôt que de juger. Le voyage ne se conçoit pas sans respect et humilité vis-à-vis des personnes, des biens, de la culture et du mode de vie du pays visité. 

Ce respect se traduit par des attitudes simples, au jour le jour. Respect de l’hôte, de sa culture, de sa religion et de son environnement. Nous préconisons un tourisme d’intégration qui nous immerge dans la culture, les mentalités, les moeurs et coutumes locales.

L’histoire, où comment faire connaissance.

Le voyage solidaire est une occasion de vivre avec l’autre et partager des moments uniques, autant avec nos hôtes qu’avec nos compagnons de voyage. Les liens amicaux et fraternels tissés à l’occasion d’un voyage sont extrêmement forts et ces belles rencontres pleines de promesses valent vraiment la peine de faire un effort sur soi pour faire preuve de flexibilité et de bonne humeur même lorsque les choses ne se passent pas comme nous le souhaiterions tous. 

Pour nous, l’ambiance d’un voyage a presque un caractère sacré. Aussi, nous appelons tous nos participants au respect, à la flexibilité, à la tolérance, à l’hygiène lorsque nous partageons la chambre d’un compagnon de voyage, à la sociabilité, à la discrétion, à la notion de partage et à la bonne humeur. La bonne humeur, c’est peut-être la qualité la plus importante lors d’un voyage. Vous êtes là pour vous détendre, pour tisser des liens agréables et certainement pas pour écouter quelqu’un râler à longueur de journée, déprimer, ou faire la gueule. Sachez profiter de l’instant présent !

Respect des us et coutumes locales

Il convient d’éviter de choquer par des tenues non conformes à la pudeur observée dans les régions d’accueil. Les tenues trop dénudées, trop moulantes, pour les hommes et les femmes, sont à éviter.

Un principe simple : « joindre l’utile à l’agréable ».

Le don n’est pas un geste innocent

Le don peut créer des dépendances, des jalousies, voire encourager à la mendicité. Il peut être à l’origine d’incompréhensions et déstabiliser les équilibres économiques locaux. 
 
De même, chacun veillera à ce que les pourboires, lorsqu’il y a lieu d’en donner, soient en corrélation avec le niveau de vie du pays.

Respect de la nature, de l’environnement et du vivant 

L’espace naturel et les sites culturels sont souvent les principales richesses touristiques d’un pays et la première motivation des voyageurs qui s’y rendent. Les voyageurs ont donc une responsabilité vis-à-vis de l’environnement du pays d’accueil. Les voyageurs se doivent d’éviter de laisser derrière eux leurs déchets, quels qu’ils soient. Mieux vaut limiter, dans ses bagages, les emballages qui devront être laissés sur place. Il est préférable de rapporter avec soi les déchets non-destructibles (sacs plastiques, piles et batteries, etc.) après un voyage dans un pays ne disposant pas d’infrastructure d’élimination des déchets. Lors de nos voyages solidaires, au moins, le voyageur rejettera toute pratique, source de maltraitance animale. Voilà, en substance, notre démarche qui se veut plurielle, complexe à l’image de nos parcours de vie et de nos sensibilités. Une charte éthique vient confirmer l’engagement de nos voyageurs à respecter et partager notre approche du voyage.

Une apiculture douce et éthique

Lors de nos rencontres avec les abeilles des autres contrées, le voyageur exprimera son respect du vivant en appliquant des gestes doux lors des manipulations et visites des ruchers locaux. Le voyageur n’encourage aucune maltraitance des abeilles par les apiculteurs locaux pour étancher sa curiosité ou pour lui permettre absolument d’acheter du miel quelle que soient les conditions.

Interaction et participation

Enfin, nous accordons un grand intérêt à l’aspect interactif et participatif de ce voyage. La mise en place d’un dialogue constructif avec le groupe est une clef de la réussite de ce voyage ainsi que l’implication des participants dans les projets soutenus.
 
Le Berger des Abeilles

Le berger des abeilles

Lettre d'information